Archives de catégorie : Nico

La légende de Nikolaï Takafartétésky

Installez-vous confortablement et fermez les yeux. Faites venir à vous, en vous des images, des sons, des mots, des odeurs, des parfums, des saveurs… Faites exister dans votre tête, le souffle du vent, sentez sa caresse brûlante. C’est un vent froid, piquant. Il brûle vos narines, colle vos cils. Il a parcouru un très long chemin depuis les plaines de Sibérie, par-delà les collines, les montagnes et les pics. Et écoutez : dans son sillage de glace sont accrochés des mots, des paroles, une histoire. La légende de Nikolaï Takafartétésky !

C’était la nuit, en pleine toundra, au nord de la Sibérie, Nikolaï  Takafartétésky  dormait paisiblement dans sa datcha. C’est alors qu’un songe vint perturber son sommeil. Une sorte de vision. Un cube ? La journée, il n’y pensa plus, mais l’image obsédante s’imposait à lui. Une boîte ? La nuit suivante, la même image apparut en rêve et ne lui laissa plus de repos. Il décida d’en parler au Maître Clère. Après avoir écouté Nikolaï, le maître Clère lui conseilla une musique douce pour apaiser ses songes. Nikolaï fit donc venir à ses côtés un quatuor de clarinettes réputé.

Nikolaï s’endormit profondément à l’aide de cette musique, mais la vision ne disparaissait pas. L’image était bien là, dans sa tête. C’était une sorte de boîte, de cube parallélépipédique. Sa surface semblait lisse et régulière. Les proportions étaient harmonieuses. Nikolaï avait l’impression que la boîte était en bois. Mais à quoi servait-elle ? Pourquoi s’imposait-elle à lui de cette façon ? Il ne le savait pas et ces questions tournaient dans sa tête, comme un bourdon qui tourne en rond…

Il fallait faire quelque chose et Nikolaï alla exposer  sa situation à la sorcière-voyante-mathématicienne Véronica Tandeminovitch. Celle-ci prit très au sérieux la requête de Nikolaï Takafartétésky : elle lut les cartes du ciel, fit de savants calculs en rapport avec la position des planètes, les lettres de son prénom, consulta le bulletin des risques d’avalanches et finit par rendre son analyse : Nikolaï n’avait qu’à suivre son idée, sa vision. Il lui fallait seller son cheval, Casto, y accrocher sa pulka et partir. Ses pas le conduiraient  là où il devait aller… En effet, Casto prit une allure tranquille pour le conduire à travers les immensités sibériennes.

Nikolaï et Casto arrivèrent dans une ville au nom de Fermacellograd. Nikolaï était certain de trouver les réponses à ces questions qui le tourmentaient et qu’il serait enfin soulagé de cette vision indétrônable. Et c’est le cœur léger qu’il parcourt les ruelles de la cité.

Mais après une après-midi de déambulation, aucune solution ne se présente à lui. La boite obsédante est là, devant ses yeux, mais inaccessible, envahissant toutes ses pensées. Et, le soir venu, c’est le moral dans les chaussettes qu’il pousse la porte d’une taverne. Désespéré, prisonnier de sa vision, il cherchait à noyer son chagrin. Le tenancier lui propose sa meilleure vodka, mais Nikolaï commande un jus de pomme bio…

Le lendemain, à son réveil, Nikolaï Takafartétésky ne retrouve plus ses affaires. Elles ont été volées. Enfourchant son fidèle Casto, il se lance aux trousses des voleurs. Il trouve leurs traces et les rattrape à la lisière d’une forêt. Nikolaï reconnait immédiatement parmi eux le fourbe comte de Baralyer et son cheval noir appelé Placo. Un combat s’engage et les voleurs sont rapidement mis en fuite. Victoire !

Nikolaï récupère son bien. Mais ses pas sont irrésistiblement attirés par la forêt. Des arbres immenses au tronc argenté encadrent un sentier clair et granuleux, on aurait dit de l’enduit à la chaux. Les chênes qui l’entourent agitent des branches luisantes d’huile dure. Le soleil scintille à travers les feuilles, la forêt semble vibrer de présence et de malice. Il suit le sentier et parvient à une clairière, sorte de sanctuaire végétal.

Il pénètre dans la clairière. La boite est là ! Immense, magnifique, posée sur un tertre moussu, tel un trône. Des fées volent autour et invitent le jeune homme à gravir les quelques mètres qui le séparent du coffre en bois. Car Nikolaï s’aperçoit qu’elle est munie d’un, non de deux couvercles. Aucune serrure. Il ouvre le précieux réceptacle et y admire un seau en inox parfaitement lustré. Dans le second compartiment est logé un délicat tas de copeaux de bois, assurant une hygiène parfaite. Nikolaï prend place sur le siège ainsi offert, tandis qu’un cerf se rapproche. Accroché dans sa ramure, du papier toilette écologique. Un écureuil lui apporte le bulletin municipal de St Martin d’Uriage, édition spéciale « Je trie, tu tries, on s’aime ». Enfin, il se sent libéré d’un poids, la félicité est totale !

Mai 2017, la charpente

Ca y est, la charpente est là et maintenant ça va enchainer très vite sur le second oeuvre !

Fin du béton cellulaire, mois 6

Le béton cellulaire tire sur la fin, il ne reste que le dernier étage des Clère à monter!

Cette technique de construction est un peu massive avec des murs de 50 cm d’épaisseur, mais cela permet de ne pas avoir à ajouter d’isolation thermique : un enduit extérieur et intérieur, et c’est prêt à habiter! 

La maison, mois 4

Voilà le mois 4 du chantier ! Plus qu’un étage de béton cellulaire et on pourra mettre mon toit… En attendant, c’est bien la première fois que je mets un cierge pour avoir un hiver doux et sec, ça marche, pourvu que ça dure en janvier 😉

Bonne année 2017 !

Avec Jeanne nous vous souhaitons une excellente année 2017 !

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, le jeu concours de la carte de vœux : où sont prises toutes ces photos ?

Question subsidiaire pour départager les vainqueurs : quelle est la date de réception de la maison (réception = cuisinière, douche et eau chaude fonctionnelle).

Mettez vos réponses dans les commentaires avant le 1er février et RV un peu plus tard pour les réponses (surtout pour la question subsidiaire !!)

Loc’montagne !

Une petite page dédiée à la location à titre accessoire de matériel de montagne… quand je ne m’en sers pas ! A récupérer sur Grenoble La Tronche en anticipant un peu, ou sur St Martin d’Uriage. Par contre pas de réservation possible avant la semaine précédant le WE. Remise d’un chèque de caution + copie pièce d’identité…

Contact nicolas arobase gamby point org.

 

Location piolets traction pour cascade de glace et mixte

  • Petzl Quark II, polyvalent montagne cascade couloirs, 1 modèle panne et 1 modèle marteau
  • La paire : 25€/WE, 10€/jour en semaine
  • paire de Petzl Nomic à discuter (avec panne + marteau)

Location crampons techniques

  • Petzl Charlet M10, fixations automatiques pour chaussures très rigides avec débord avant/arrière
  • 15€/WE
  • Pack avec les pioches : 35 €/WE avec 2 quarks

Location skis de randonnée nordique

  • Rossignol Backcountry BC90, taille L (179 cm) à écailles, avec peaux de phoques si grosses montées ou pulka à tirer
  • Chaussures Salomon Xadventure 8, taille 42
  • Le pack 30 €/WE, à discuter à la semaine

Novembre, le rez-de-chaussée

Des conditions météo correctes permettent au maçon de bien avancer le chantier, le rez-de-chaussée est terminée en gros œuvre avec l’isolation des murs, soit enterrée (pour les murs en béton armé) soit dans la « masse » du béton cellulaire retenu pour les parties aériennes. On traque les ponts thermiques sur les plans, mais le bureau d’études structure veut un truc solide alors il en reste quelques uns (des minuscules qu’ils disent)…

Du bonheur partagé !

Si vous voulez savoir ce que c’est les groupes jeunes que je pilote pour le Club Alpin en Isère, c’est ici que ça se passe !

Les fondations et les premiers murs !

Après un petit temps mort histoire que le maçon récupère les plans, fabrique les aciers, etc, c’est parti pour les fondations, ça se voit et ça avance !

Suisse, Allemagne, Autriche & Slovénie !

Retour, en images, sur la grande virée de l’été : traversée de l’Autriche en vélo-sacoches, avec intro en Suisse/Allemagne, et finish à Ljubljana en Slovénie.
http://www.visugpx.com/AhyN7meCBy

 

 

La maison démarre !

Ca y est, la vente du terrain sitôt signée le 2 septembre, un p’tit coup de champagne et c’est parti pour 9 mois de travaux !

Pour l’instant ça terrasse dur, démarrage des fondations mi-septembre 🙂

 

Les Italiens

Je milite pour avoir un jour férié pour mon anniversaire ! En attendant, un RTT, et direction la Grande Casse avec Ariane et SebV ; il y avait bien plus de neige qu’en 2009, mais on avait les skis, et on a fait escale pour quelques brèves heures de sommeil dans le nouveau refuge construit par Philou. C’était bien cool 🙂

Le plus dur ? La descente béton des Grands Couloirs à ski…

Changement de massif !

Ca y est, j’ai changé de massif, je suis installé pour quelques années à Saint Martin d’Uriage sur les coteaux ensoleillés de Belledonne !

Vous ne pouvez pas trouver un prétexte pour ne pas vous arrêter boire un thé -ou un bière- au 454 route d’Uriage, et je ne pourrais pas trouver un prétexte pour ne pas vous inviter à quelques menus travaux de finition de la maison du 40 chemin des Plantées… Premier coup de pioche le 1er juin !PCLa première sortie belledonnienne a été fort réussie, la Chartreuse était sous les nuages et nous nous sommes enthousiasmés de la classique des classiques que sont Les Vans, pour qu’elle puisse le rester !

Bonne année 2016 !

Bonne Année 2016

Ah, au fait, le grand concours de la carte de voeux !

Le voilà : le premier qui cite le plus de sommets gravis en 2015 gagne le gros lot. Avec une question subsidiaire pour départager les éventuels exæquos : c’était avec qui, tous ces exploits d’opérette ?

A vous de jouer, réponses dans les commentaires, sauf pour Jeff qui est disqualifié par avance 😉

2015 en trombines !

Merci à tous pour avoir partagé en 2015 toutes ces aubes, ces crépuscules, ces moments en montagne ! Et je sais que, pour 2016, certains seront tout à fait à l’aise avec une truelle dans les mains 🙂

2015, 12 paysages au fil des saisons !

Tâche difficile s’il en est, sélectionner 12 images pour représenter 2015… Les voilà !

Le rasoir

Dans la catégorie « brèves de rimaye », je présente : Vincent & Fanny, Nico, Emilie et Cat sont sur le Banc des Aiguilles, une arête pas de tout repos

^ photos Vincent

– t’es passé où ?

– à droite, ça va bien, y’a une vire pour les pieds !

– et là ?

– bah, à califourchon, c’est encore le mieux Continuer la lecture

Tu sais que tu es à Chamonix quand…

  • Ton guide clame haut et fort au réveil « il fait beau » alors que simplement il ne pleut pas (encore)…
  • Tes potes ont 45min d’avance sur la première benne, pour être les premiers de la première benne.
  • T’as payé 45€ de téléphérique, 60€ de refuge et que tu as même pas pu prendre une photo sympa de ton but.
  • Dans ta ligne, il y a au moins un leader et deux seconds à chaque relais, parfois plus.
  • Au bivouac, ton smartphone est calé sur météo Alpes, météo ciel, météo blue, météo Chamonix et météo Caplain pour essayer de trouver un site plus optimiste que les autres.
  • Tes amis grenoblois ne comprennent pas que tu as pris un but météo car à La Bérarde il n’y avait pas un nuage samedi dernier.
    Variante: tu as prévu ta semaine à Cham’ depuis 2 mois, il fait beau, tu es parti avec 1 jour d’avance et tes collègues te lâchent à l’heure du petit déjeuner car ils estiment finalement que la prévision est meilleure sur l’Oisans.
  • Tes camarades sont aussi fiers des courses qu’ils ont fait (pas forcément jusque tout en haut d’ailleurs, l’heure tourne) que de n’avoir raté aucune dernière benne sur leur WE prolongé.
  • Au refuge ou au relais, tu te dis que c’est l’endroit idéal pour parfaire ton anglais.
  • La météo annonce grand beau depuis 3 jours, et toi, tu constates qu’à 10h tu es (encore ?) dans le brouillard.
  • Les japonais de la benne jouent à candy crush sur leur smartphone au lieu de prendre des photos au téléobjectif.

Continuer la lecture

Les dernières photos sont en ligne !

Vous avez raté un épisode ?

Besoin de prendre un grand bol d’air (plutôt) frais ?

C’est dans la galerie photo que cela se passe ! http://www.gamby.org/piwigo/index.php?/category/849/flat

Ski sur le toit de l’Europe

(enfin, ça dépend où on arrête l’Europe)Mont Blanc

A la demande générale, pour vous faire patienter en attendant la neige, voilà la clôture de la saison 2013-2014, le 7 juin dernier avec un petit Mont Blanc improvisé.

Un film par Ariane 🙂

Les photos sont là : http://www.gamby.org/piwigo/index.php?/category/804