Notre histoire désormais…

arnaud.clereatfree .fr
28/10/2003 13:35 cc :

Objet : notre histoire desormais…

Namaste

Les apinautes viennent de quitter KTM et je ferai de meme demain matin. Je prends qqs instants pour essayer de repondre aux nombreuses questions que vous devez vous poser sur l’accident de Gael, et j’en profite pour vous confier notre histoire, bien lourde pour nos epaules.

Etant donne le peu de temps que nous avions a passer au CB, apres avoir ete retarde a KTM et lors du trek, nous avons choisi avec Gael et Cat de faire d’abord la voie la plus facile du coin : le Raksha Urai III par le versant Est puis l’arete Sud, celle imaginee par les autrichiens lors de leurs tentatives. Les voies techniques attendraient que nous soyons bien acclimate…

Les conditions sur la montagne etaient parfaites : beau temps stable, suffisamment de neige pour recouvrir le mauvais rocher qui avait incite les anglais a essayer une voie + directe et + dure. La seule inconnue etait notre etat de forme puisque nous n’avions pas encore dormi + haut que 2 nuits a 4400. Nous pensions grimper a 3 sur les voies techniques, mais pour celle-ci, ca ne nous posait aucun probleme qu’Ashe vienne et il en avait tres envie. Ca representait quand meme une premiere sur un beau sommet et Ashe avait visiblement un coeur d’alpiniste !

Le premier jour, le 13, nous avons bien avance, en partie grace a Noresh qu i nous a porte la tente et la nourriture jusqu’ a 5000 et avons passe une bonne nuit a 5100.

Je suis le seul a avoir eu qqs maux de tete qui ont disparu d’eux-meme. Le lendemain, c’etait plus laborieux et on etait content de poser la tente a 5800. Il n’etait que 15h mais nous n’avancions vraiement pas avec les gros sacs. Ashe etait lui bien plus en forme… Au niveau sante, on a tous eu qqs maux de tete mais je dois etre le seul a avoir pris un peu d’aspirine pour les faire partir. On etait donc tres confiants pour la suite. Si au debut, on voulait poser la tente au col a 6200, apres reflexion, il semblait bien plus agreable et sur de monter au col avec des petits sacs, les pentes sous le col avoisinant les 45. La, premier signe peu encourageant, il n’y avait pas d’endroit tres accueillant pour se poser vu que nous etions au pied d’un cirque de goulottes et pentes de neige. On etait en train de poser la tente quand une coulee est partie des pentes du Raksha II, et nous est passe dessus : aerosol de poudreuse + qqs blocs de neige gelee dont un que j’ai pris sur la tete. Apres  avoir examine d’autres endroits on a finalement decale la tente de qqs metres et construit un muret a l’aval. On a vu aucune autre coulee par la suite.

Le lendemain, depart vers 4h30, 5h. Gael et Ashe etant prets un peu avant sont partis ensembles vers la rimaye ou nous les avons rejoint. Elle passait facilement en traversee et nous avons attaque les pentes au dessus. G+A faisant une trace assez directe, et C+moi des zigzags. Le soleil nous a rejoint juste sous le col et le spectacle des ice-flute du Raksha II etait fantastique. Un petit passage + raide pour deboucher au col (50 ?) et nous avons fait une petite pause pour manger des graines. Je suis reparti avec Cat pour tracer le debut de l’arete legerement cornichee, style Bionnassay, jusqu’a une bande de rochers. A cet endroit l’arete montait tres peu et nous avons donc progresse dans ces rochers pourris un peu a quatre pattes. Ensuite, l’arete redevenue neigeuse se redressait jusqu’a 50 et nous avons alterne les deux cordees pour faire la trace. Puis l’arete s’est completement couchee et nous avons passe plusieurs bosses avant d’aboutir au sommet. Deuxieme signe peu glorieux et un peu inquietant. Les corniches etait bien plus larges a cet endroit et 50m avant le sommet, en m’approchant trop pres du bord, j’en ai fait peter une grosse et me suis retrouve 2m sous l’arete sur l’autre versant avec la corde bien tendue. Merci Cat. J’etais sur une petite plateforme en securite mais l’ambiance etait un peu trop gazeuse pour y passer ses vacances. J’ai pu remonte tout seul par une petite traversee.

Au sommet, a 12h, pas de prbs de sante, Gael etait qd meme un peu amorphe et ne s’est vraiment bouge que pour installer les drapeaux a priere avec Ashe pdt que nous prenions des photos. Pas de maux de tete. Temps splendide, vues sur le Kailash, le Manasarovar, le Gurla Mandata et les sommets splendides de la Shalimor Khola : Kapchuli, Jethi Bahurani, Bobaye, Nampa, Api, Yokopahar. Encore des photos (panoramique) et a 12h30 nous sommes repartis, Cat+moi en premier. Les passages raides de la montee passaient bien en assurage en mouvement pour nous, et en regardant derriere, j’ai pu constater que Gael et Ashe faisaient de meme, Ashe en dernier, assurant Gael d’une maniere sure, ce qui levait les derniers doutes sur ses competences d’alpiniste et augurait d’une descente rapide sous le col jusqu’a la tente.

Au niveau des rochers, j’ai perdu un gant (en hommage a Sylvie qui perds tout tout le temps ?), et comme il etait possible de le recuperer par une traversee,G+A nous sont repasses devant. En le recuperant, je les apercus a la fin des rochers, 100 m avant le col sur la neige. Nous avons continue d’avancer dans les rochers en un endroit ou on ne voyait pas toute l’arete, mais a un moment, je me suis pose la question de savoir ou ils etaient car je m’attendais a les voir au col en train de grignoter en nous attendant. J’ai demande a Cat qui etait 12m devant et voyait mieux l’arete ou ils etaient mais elle ne les voyaient pas. J’ai commence a redouter le pire et scrute le bas des pentes ou un point m’intriguait. Quand nous avons tous les deux vus l’arete en entier et personne dessus, nous etions force de realiser le drame. J’ai pris l’appareil photo et le 105 pour essayer de mieux voir ce point en bas, mais en fait on voyait mieux a l’oeil nu, et on voyait tres bien que la neige en amont etait souillee. Cette disparition semblait tellement irreelle que nous esperions encore, je crois, les revoir a l’abri d’une congere… Et aujourd’hui, il est toujours terriblement difficile de ne pas se dire que l’accident n’aurait jamais du se produire et que nous devrions etre ensemble en train de boire des bieres rigolant de notre belle aventure.

Arrive un peu apres le dernier endroit ou je les avais vus, nous avons trouve deux traces dans la neige indiquant qu’ils avaient bel et bien glisse de cet endroit vers la Shalimor Khola, a l’oppose de notre voie d’ascension. Les traces etaient peu profondes dans cette neige dure mais tres nettes. La pente dans laquelle ils avaient bascule etait tres raide, 60 degres, et plus bas, des rochers affleuraient et la pente se raidissait encore, nous empechant d’en voir la totalite, et notamment la rimaye. Enfin, la pente diminuait avant d’arriver a un replat du glacier, quelques 500m plus bas. Dans ces conditions, meme s’il nous etait impossible de descendre verifier, nous etions tous les deux persuades qu’ils etaient morts sur le coup. Que faire, sinon, veiller sur nous-meme et redoubler de vigilance ? Apres qqs instants nous sommes repartis en direction du col atteint sans difficulte, ce qui rendait d’autant plus penible l’idee qu’ils etaient tombe a cet endroit… Pour descendre du col, nous avons choisi d’assurer et d’utiliser nos pieux a neige pour faire des relais et descendre tour a tour, en reversible. Enfin, pour passer la rimaye, plutot que de continuer de la sorte et franchir la rimaye aussi facilement qu’a la montee, j’ai voulu faire un rappel. Mauvaise idee car en passant tout droit, je me suis retrouve a descendre en fil d’araignee dans la rimaye et il allait falloir remonter de l’autre cote. Et ce qui est plus genant, les pieux a neige, que je n’ai pas l’habitude d’utiliser, enfonces dans une neige de penitent pleine d’air, ont lache. Petite chute de 5m pour atterrir sur le dos et sur la tete au fond de la rimaye, heureusement bien bouchee. Un peu secoue mais intact a part une douleur dans le dos (mon nerf sciatique se rappelle regulierement a moi depuis). D’abord rassurer Cat, qui est donc repassee par le chemin de la montee sans corde. Puis recuperer la corde emmelee avec des blocs de glace, puis remonter cahin-caha en se disant que decidement on a jamais passe l’age de faire des conneries.

Nous sommes donc arrives tard a la tente, 17h, et sommes reste la. Repas leger avec les restes et nuit sans sommeil, avec des pensees plein la tete, le dos en compote pour moi, et les pieds legerement geles pour Cat. Au matin, j’ai vraiment cru a des fantomes em entendant des pas hesitants dans la neige. Surement l’imagination.

Le lendemain, le 16, on a pris toutes les affaires et on est descendu ainsi jusqu’a 5100 ou on a retrouve de la nourriture. Arrives a la moraine on a laisse des affaires a recuperer par la suite permettant de soulager nos epaules et mon dos. Au pied de la montagne, on a trouve des pierres dressees a la verticale par les bergers tibetains aui viennent ici l’ete et nous en avons erige deux autres. C’est seulement en gravant leurs deux noms que je realisais pour la premiere fois toute l’horreur de cette histoire, et que je pouvais enfin pleurer.

Cette histoire n’est pas celle que nous voulions vous ramener, mais c’est maintenant la notre. Nous voulions vivre l’aventure et certainemement pas mettre nos vies en jeu. Nous avons vecu tous ensemble des moments merveilleux, nous avons eu beucoup de chance en de nombreuses occasions, et nos deboires, comme etre bloque 3 jours dans la vallee par les maos, etaient souvent l’occasion de vivre un imprevu heureux, une rencontre, un paysage different de ce que nous avions prevu. Ce reve etait aussi celui de Gael et Ashe, mais ils ne l’auront pas vecu jusqu’au bout et ne pourront pas le raconter. J’espere que nous pourrons vous faire toucher du doigt ce qu’ils ont vecu.

Bises.

Arnaud

Pas de commentaire to “Notre histoire désormais…”

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.